Groupe Méditerranéen de la Société Psychanalytique de Paris

Le mot d’André Barbier

C’est au début du mois d’Octobre 1977, qu’eut lieu la première réunion à Marseille au domicile de Jacques Caïn et qui se poursuivra de nombreuses années.

Le séminaire 1977-1978 nous permit de préparer le 37ème Congrès des Psychanalystes de Langues Romanes qui se tint à Florence en Mai 1978 sur le thème des « Psychoses ».

En marge de ce congrès, après avoir écouté le remarquable rapport de P.C. Racamier, J. Caïn réunit les membres présents de son séminaire et la décision fut prise de nous constituer en  «groupe de travail », sans avoir encore de statut officiel, le séminaire se tenant toujours chez Jacques à Marseille chaque deuxième Lundi du mois à 19 h 1 5.

Au fil des années le fonctionnement du groupe se modifia, spécialement au niveau du séminaire où alternèrent exposés théoriques et exposés cliniques, tandis que périodiquement, toujours à l’initiative de J. Caïn, un membre titulaire parisien ou lyonnais venait faire une conférence ouverte à un public élargi, généralement le Samedi.

Parallèlement, Jacques Caïn organisait avec Alain de Mijolla, membre d’honneur de notre groupe, les Rencontres Psychanalytiques d’Aix-en-Provence qui pendant dix ans eurent lieu dans cette ville aux alentours du 14 Juillet ; Maurice Netter en était le secrétaire et des réunions préparatoires aux travaux de ces rencontres se tenaient régulièrement, en petits groupes à Marseille, Aix-en-Provence, Nice, Montpellier et Toulon.

Voulant donner une existence légale à son groupe, Jacques me demanda de préparer les statuts officiels de ce qui allait être le « Groupe Méditerranéen de la Société Psychanalytique de Paris », association régie par la loi de 1901, déclarée à la Préfecture et agrée comme groupe régional par la S. P. P.

Le premier conseil d’administration se tint le 8 Octobre 1990.

A tour de rôle, moi-même puis Maurice Netter, Christiane Charles-Bolomey et Pierre Decourt devinrent successivement co-animateurs du séminaire du Lundi avec Jacques Caïn.

Les conférences du Samedi par des titulaires parisiens ou lyonnais se firent plus fréquentes et les sous-groupes locaux se développèrent, outre à Marseille et Aix-en-Provence, à Montpellier, Nice, Toulon, Avignon, avec, dans chaque ville, un ou plusieurs séminaires.

Les collègues niçois organisèrent d’ailleurs dans leur ville en Avril 1985 les 6èmes

Journées Occitanes de Psychanalyse et en Novembre 1991 les 10èmes Journées Occitanes de Psychanalyse sur « Le masochisme ».

James Gammill s’installa à Toulon et Florence Guignard, venant de plus en plus souvent à Aix-en-Provence fit aussi partie de notre groupe.

Mais Jacques voulait davantage de titulaires dans son groupe afin de mieux assurer les tâches de formation ; il s’attacha alors à encourager les candidatures au titulariat : c’est ainsi que moi-même, puis Maurice Netter et plus récemment Pierre Decourt furent élus.

A la demande de Jacques, les séminaires n’avaient plus lieu chez lui mais au Palm Beach de Marseille, puis assez vite au Sofitel du Vieux port. Il faut dire que le groupe s’était étoffé : nous étions partis à 12 et nous voilà actuellement 60 !

En effet, depuis cette époque, les activités scientifiques du groupe se sont beaucoup développées et  sa pérennité assurée par l’accueil d’un certain nombre d’analystes en formation, ce qui a stimulé les recherches théoriques et techniques de l’ensemble du groupe qui reste ouvert à d’autres.